Et montre aussi qu'il est incontestablement un spécialiste des affaires foireuses 1

L'Arbre à Vent était pourtant une éolienne biomimétique ! Elle pouvait fabriquer assez d'électricité pour alimenter une voiture électrique sur 16 364 km par an

Et encore plus important, le nouveau génie de l'innovation, Arnaud Montebourg, avait personnellement investi 56 000 euros dans le capital de la nouvelle société fabricant l'Arbre à vent (contre, il est vrai, le fait qu'on lui donne la Présidence du Conseil de Surveillance de ladite compagnie). Monsieur Montebourg est en effet un personnage important, qui, même s'il a raté le concours d'entrée à l'ENA, a réussi plus tard à faire 4 semaines d'INSEAD  puis est devenu, pendant 10 jours, professeur invité en économie à l'université de Princeton, aux États-Unis

eolien developpement durableHélas, le flair supposé de l'ancien avocat, ancien Ministre du Redressement Productif pour les affaires hautement rentables a été mis en échec :  voilà que le tribunal de commerce de Saint-Brieuc a placé en liquidation judiciaire le 8 mars 2017 la société New Wind, qui devait fabriquer ce fameux Arbre à Vent, malgré toutes les promesses que devait tenir cette invention malheureusement essentiellement merdiatique. Notre héros ne serait donc pas infaillible dans ses choix de business en dépit de sa haute formation et de son expérience dans le domaine politique ? Il est vrai que la politique est par excellence le domaine du vent et que la diversification d'Arnaud se positionnait dans un domaine très voisin de celui qu'il connaissait déjà, conformément aux recommandations unanimes de tous ceux qui enseignent l'art de la diversification...

Il est vrai aussi que Monsieur Montebourg s'était déjà illustré par son impuissance à redresser la situation de l'entreprise Habitat par l'innovation, société dans laquelle il avait été nommé "M. Innovation" en même temps qu'on lui attribuait le titre de vice-président du comité stratégique. En fait d'innovation, il n'a fait que se laisser se détériorer encore un peu plus le chiffre d'affaires d'Habitat qui a perdu  7 % au cours de son séjour en 2015, et 2,5 % au premier semestre 2016. Cependant, la direction d'Habitat,  pas rancunière, considère qu'il a "fait le job". (Evidemment, elle ne peut pas accuser le patron de sa société mère d'avoir fait un mauvais choix).

Devenu ainsi en quelque sorte spécialiste des affaires foireuses,  Arnaud Montebourg monte sa propre entreprise en 2016 : "Les équipes du made in France" dont l'objet social consiste en "la construction et l'élaboration de projets Made in France, la constitution d'équipes, la réunion des financements nécessaires ainsi que l'organisation, l'exécution, la direction et la mise en œuvre de ces projets". Notons au passage que ces projets sont non seulement mis en oeuvre, mais encore exécute...  Pour sa première année, l'entreprise dans laquelle Arnaud a investi environ 120 000 euros dégage un résultat net de 18 100 euros pour un chiffre d'affaires de 235 500 euros représentant sans doute une seule affaire. (Il sera intéressant de regarder le chiffre d'affaires de 2017...)

Il ne serait pas impossible d'ailleurs, que la société montée par notre homme ait tout simplement travaillé pour lui-même dans l'étude et la mise en oeuvre d'un projet d'élevage d'abeilles pour la récolte de miel dans sa région, à Montret en Saône et Loire. Si ce que dit la rumeur est vrai, il va devoir expérimenter la dure loi de la concurrence espagnole, chinoise et ukrainienne. En effet, la consommation française de miel (40 600 tonnes en 2014) n'est que très partiellement assurée par la production "made in France" : 13 200 tonnes en 2014. On pourra voir, à cette occasion, si le champion de la production nationale peut contrer les importations et s'appliquer à lui-même les recommandations qu'il a faites aux producteurs français au bon temps où il se trouvait ministre... 

Mais revenons un peu sur cette fameuse "invention". Remarquons en passant que l'Arbre à Vent ne possède pas, à mon avis, les critères de brevetabilité qui permettraient au possesseur de se voir attribué un brevet d'invention. En effet, il s'agit d'utiliser des moyens connus (une éolienne) pour permettre à un particulier ou une organisation de fabriquer sa propre électricité, chose également connue. Tout au plus le propriétaire peut espérer obtenir une certaine propriété industrielle sur le dessin des pales de l'éolienne et peut-être sur les moyens de les exécuter industriellement. C'est une opinion très répandue, mais erronée de croire qu'il suffit d'avoir une idée pour espérer obtenir un brevet : on ne peut pas breveter une idée.

L'idée de l'Arbre à vent est séduisante au premier abord, parce qu'elle fait preuve d'une originalité certaine. De plus, il faut reconnaître une certaine esthétique à l'objet. Il est très tentant de penser que des municipalités ou des grandes sociétés voulant se donner une couleur "écologique" pourraient être séduites par le concept. 

Malheureusement, il faut se pencher sur les détails de celui-ci, car comme le dit l'adage, le diable s'y cache. Ici, c'est la productivité de l'objet qui constitue la faille. L'alliance de la haute technologie et du design au service de l'autoconsommation comme annoncé (pompeusement) dans la publicité, est capable, certes, au moyen de ses multiples turbines éoliennes baptisées "aeroleafs"  de produire, s'il y a du vent, 83 % de l'électricité consommée par un ménage français (hors chauffage) ou encore d'alimenter 15 lampadaires de 50 watts chacun, c'est à dire de produire une puissance électrique de 15 x 50 = 750 watts (0,75 kilowatt), soit moins de la moitié de la puissance d'un radiateur électrique de taille standard, c'est à dire à peu près rien. Un bel objet qui ne produit rien, ça interpelle et souvent ça plait. Mais c'est un intérêt de passage, comme on peut s'intéresser à un beau meuble ancien dans la vitrine d'un antiquaire : on l'admire, et puis on s'en va...  En outre, on est en droit de s'interroger (deuxième détail) sur la fiabilité de cette collection imposante d'aeroleafs par Arbre à Vent : 63 mini-éoliennes et 63 dynamos. Ce qui multiplie par 63 le nombre de pannes possibles. C'est beaucoup. Enfin, l'arbre lui-même avec ses branches et ses aeroleafs pèse 4 tonnes. 4 tonnes pour produire moins d'un kilowatt, c'est un rapport complètement surréaliste. Une brochette de 5 cyclistes pédalant joyeusement en chœur produit d'avantage, pour un poids 10 fois plus faible, et malgré le rendement bien connu et désastreux de la machine humaine. Bref, une analyse un peu poussée soulève des doutes importants quant à la rentabilité réelle du projet.

S'ajoute à ces doutes le fait qu'en jouant sur l'autoconsommation, c'est à dire la fourniture d'électricité à soi-même, le système ne peut pas profiter à plein de la situation royale dont bénéficient les éoliennes classiques : le fait de pouvoir vendre à EDF son électricité en surplus à un prix garanti. En effet, vu la faible productivité du système, l'électricité produite en surplus doit être plutôt rare.

Et pour revenir à ce brave Arnaud, (car, de l'avis unanime, c'est un brave type) on mesure combien un pays tout entier comme la France s'est trouvée dans une situation à risque lorsque notre homme a été nommé ministre de l'industrie (oui, c'est le nom un peu plus réaliste que "Ministre du Redressement Productif"), en situation donc de prendre des décisions impactant toute l'industrie française pour des décennies, alors qu'il apparaît maintenant clairement qu'il était muni d'une clairvoyance franchement défectueuse si l'on se réfère à ses choix stratégiques concernant son propre argent. Il est vrai que le Président de la République alors en fonction nous a maintes fois prouvé, par les choix qu'il a fait de ses ministres, que la compétence passait très loin derrière d'autres critères si même elle était prise en compte, ce dont il est maintenant permis de douter fortement...

 

(1)  Mais il n'est pas le seul. De nombreux politiques semblent s'être fait une spécialité de ce genre d'affaire. Voir par exemple Marie-Ségolène Royal et les affaires Heuliez ou autoroute solaire entre autres...