raindrops

D'après un article d' Alan Caruba (support non cité).

Il y a des livres qui ont provoqué la mort de millions de personnes.
"Le Capital" de Karl Marx lança le système économique le plus épouvantable de l'ère moderne, provoquant indirectement la mort de millions de Russes, de Chinois et d'autres.

"Mein Kampf" de Hitler mobilisa l'Allemagne nazie, conduisit à la deuxième guerre mondiale en Europe et fut la cause de l'assassinat de six millions de juifs ainsi que de cinq millions de chrétiens dans les camps de concentration, sans compter les millions de victimes de la guerre elle-même. Les leaders nazis étaient tous d'ardents écologistes.

L'année 2012 a marqué le cinquantième anniversaire de la publication de "Printemps silencieux" de Rachel Carson. Un livre qui a été à l'origine du mouvement écologiste en général, et en particulier de la peur infondée des pesticides, et spécialement du DDT. 

Huit années se sont passées entre sa publication et la première Année de la Terre en 1970 qui consacra le début du mouvement écologiste lequel se trouva musclé par la création de l'EPA (Agence (américaine) pour la protection de l'environnement).

Un livre "Silent Spring at 50: The False Crises of Rachel Carson" (Printemps silencieux 50 ans après : la fausse crise de Rachel Carson - Cato Institute) (SS50) doit paraître en septembre. 

Cette parution arrive à point nommé après le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro de juin 2012.  
Et voici quelques-uns des titres de chapitre du livre de Rachel Carson qui manque par ailleurs cruellement de faits réels et de science réelle : "Élixir de mort", "Inutiles hécatombes", "Rivière de mort".

Le DDT, parmi la large palette de produits agrochimiques pour la protection des récoltes contre les dégats causés par les insectes, les rongeurs et les mauvaises herbes, était réputé pour son action sur la protection de la santé humaine,. Le livre de Rachel Carson a été condamné pour avoir causé la mort de millions de personnes, suite à l'interdiction en 1972 du DDT par l'EPA. Les désastreuses conséquences de cette interdiction ont été fermement et de nombreuses fois pointées du doigt par les autorités de santé aux États-Unis, par l'Organisation Mondiale de la Santé et par l'Organisation Panaméricaine de la Santé.

Cependant, encore aujourd'hui, l'EPA fabrique des preuves ou ignore des évidences pour justifier son interdiction.

L'inventeur du DDT, le Docteur Paul Muller, a reçu le prix Nobel en 1948 en reconnaissance du rôle joué par le DDT pour la sauvegarde de milliers de vie des combattants contre l'Axe au cours de la deuxième guerre mondiale, ainsi que celle des survivants des camps de la mort nazis. Le DDT a tué les insectes qui propageaient le typhus ainsi que d'autres maladies. Et cela, sans qu'aucune preuve n'ait jamais été apportée de son caractère prétendument cancérigène comme le prétendait Carson.

Les neuf auteurs du livre "Silent Spring at 50" (SS50) montrent clairement les ravages causés par la peur obsessionnelle de Carson pour ce qui était largement reconnu comme des produits chimiques bénéfiques. Son livre est un exemple devenu classique de pseudo-science accompagnée de mensonges délibérés destinés à effrayer les lecteurs. Cela a d'ailleurs toujours été le modus operandi du mouvement écologiste.

"Carson connaissait la réussite incontesté du DDT en matière de santé, et savait que celui-ci sauvait un grand nombre de vies" écrivent Donald R. Roberts  et Richard Tren, deux auteurs d'un des chapitres du livre SS50. "Elle a même décrit quelques-uns des programmes de traitement dans son livre "Printemps silencieux". Mais, le coeur de "Printemps silencieux" reste une attaque systématique du DDT et d'autres insecticides sans pratiquement de mention faite à aux bienfaits réels et potentiels qu'ils peuvent apporter.

Notons que Rachel Carson, qui ne se nourrissait selon ses principes que de produits "bio" pour éviter le cancer est m0rte d'une crise cardiaque à 57 ans, affaiblie par un cancer du sein...(NDLT)

Dans le premier chapitre de "Printemps silencieux" intitulé "Une fable pour demain", Carson invente une ville tellement empoisonnée par les pesticides que plus aucun oiseau n'y chante parce qu'ils ont tous disparu. C'est de la fiction pure. Des études subséquentes ont montré que l'hécatombe qu'elle décrit n'est jamais arrivée. Le comptage annuel des oiseaux réfute complètement cet argument. L'usage des pesticides agricoles est placé sous la régulation du Congrès depuis 1910, et des générations d'agriculteurs prennent soin d'éviter la contamination de leurs récoltes pour des raisons évidentes.

Le cinquantième anniversaire de la publication du livre de Carson signifie quelque chose pour tout le monde, même pour ceux qui sont nés après l'interdiction du DDT. L'épidémie nationale de punaises de lit qui s'est installée au cours de la dernière décennie et qui se poursuit encore aujourd'hui aurait pu être évitée si l'utilisation de DDT n'avait pas été interdite. Les médias ont rapporté l'épidémie, mais n'ont jamais mentionné ce détail important, non plus que l'EPA n'a qu'un seul pesticide enregistré pour lutter contre les punaises de lit et qu'elle interdit systématiquement aux professionnels de la désinfection de l'utiliser.

Carson lança le "principe de précaution" abondamment cité par les associations écologistes et les agences gouvernementales, principe qui, en fait, laisse sans défense le public contre les atteintes à la santé que Mère Nature distribue sous forme d'insectes ou de rongeurs connus pour répandre des maladies de toutes sortes ou encore des moisissures comme les aflatoxines, bien plus toxiques que les agents de fumigation destinés à les contrôler, et qui ont été interdits..

La malaria, qui était sur le point d'être complètement éradiquée, est revenue en force depuis l'interdiction du DDT. Heureusement, certaines des nations les plus affectées par cette maladie ont reçu la permission d'utiliser de nouveau le DDT.

Voila donc le véritable héritage meurtrier de Rachel Carson.

Et voila pourquoi tant d'avocats de la cause environnementale, de l'ONU jusqu'aux ONG comme Greenpeace, le Sierra Club, les Amis de la Terre, le WWF et des douzaines d'autres organisations en arrivent à tuer des gens au nom du sauvetage de la Planète...

 

Pour ceux qui pourraient s'étonner de ce jugement sans appel, je conseille la lecture attentive du livre de Bjørn Lomborg : "l'écologiste sceptique", en particulier le chapitre intitulé "la peur des produits chimiques" page 375 de l'édition française.
Je conseille aussi de lire toutes les références données dans ce chapitre.
Ils découvriront, par exemple, que d'après les tests "officiels" permettant de classer les produits pour leurs effet cancérigènes, il est plus de mille fois plus dangereux de boire 2 ou trois tasses de café par jour que d'être exposé aux doses de DDT que connaissait l'Amérique en 1997...
Ou encore que plus de la moitié des pesticides naturels, c'est à dire des pesticides naturellement présents dans les légumes que nous mangeons sont classés "cancérigènes".
Qu'ils ouvrent Wikipedia à la page "parabènes" et ils découvrirons que les parabènes existent aussi à l'état naturel dans certains aliments tels que la mûre, l'orge, la fraise, le cassis, la vanille, la carotte ou l'oignon, des aliments préparés à partir de plante (jus de raisin, autres jus, vinaigre de vin...) et certains fromages. On les trouve également dans les produits fabriqués par les abeilles (propolis, gelée royale...).
En 2011, un député fort remuant mais aussi fort ignorant a déposé et fait voter un projet de loi interdisant purement et simplement "La fabrication, l'importation, la vente ou l'offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols".

Juillet 2013