AB BioLait

« Comment ? » diront certains : « Je croyais que le principe de l'agriculture bio, c'était précisément de ne pas employer de pesticide ? » - C'est la réaction de près de la moitié des gens en France, qui met en lumière un profond malentendu, savamment entretenu par un grand nombre d'acteurs de la filière.

Voici la définition de l'agriculture biologique (AB), d'après Wikipédia :

« L’agriculture biologique constitue un mode de production qui trouve son originalité dans le recours à des pratiques culturales et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. Ainsi, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants ».

Donc, l'AB tente d'exclure, théoriquement au moins, l'usage des produits chimiques de synthèse», c'est à dire, d'après Wikipedia : « un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre volontairement par un chimiste pour l'obtention d'un ou de plusieurs produits finaux, parfois avec isolation de composés intermédiaires ».

Nous allons voir, à l'aide d'un exemple précis, que ce qui est revendiqué dans la définition de l'AB n'est qu'un vœu pieux.

 L'AB a remis à l'honneur en viticulture, le sulfatage, c'est à dire la pulvérisation de bouillie bordelaise, soupe emblématique bleue, déjà utilisée au 19ème siècle par les viticulteurs bordelais, et qui servait initialement à dissuader les voleurs de raisin.

Des essais scientifiques menés à la fin du 19ème siècle avaient permis de conclure que cette pratique était efficace pour lutter contre un champignon qui s'attaque à la vigne (mais aussi à de nombreuses autres plantes) et qui devient particulièrement actif lorsque le temps devient froid et humide. Le procédé s'est rapidement étendu à toutes les régions qui peuvent être soumises à cet aléa climatique.

 Au fait, comment les chimistes obtiennent-ils cette bouillie bordelaise ?

 C'est très simple. On fabrique d'abord le sulfate de cuivre à partir d'oxyde de cuivre et d'acide sulfurique :

CuO + H2SO4 --> CuSO4 + H2O

On mélange ensuite la solution de sulfate de cuivre (bleue) avec de la chaux éteinte, et on obtient donc la bouillie cherchée. Notons au passage que l'obtention de la bouillie bordelaise répond très exactement à la définition des produits chimiques de synthèse, théoriquement exclus de l'agriculture biologique.

« Oui mais », diront les défenseurs de la pratique, « Par produits chimiques de synthèse, nous entendons, évidemment, les produits issus de la synthèse organique ».

Je répondrai en disant, premièrement que ça aurait été plus simple en le disant au lieu de le cacher, et deuxièmement que la vraie raison, en réalité, c'était plutôt qu'il était jugé impossible par les premiers défenseurs de l'AB de se passer de la bouillie bordelaise en viticulture si on voulait conserver des rendements acceptables dans certaines régions comme en Champagne, et qu'il fallait donc accepter une certaine intrusion de la chimie dans le système si on voulait que le beau rêve de l'AB prenne vie.

Je ferai aussi remarquer que dans la liste des produits chimiques autorisés en AB, figure par exemple l'éthylène qui sert d'agent de déverdissement pour les bananes bios, et d'agent l'inhibition de germination pour les pommes de terre et les oignons bios (vous saviez çà vous ?). Cette information est consultable dans le réglement CE N°889/2008 modifié mai 2011 portant sur les produits chimiques utilisables en AB. L'éthylène est, pour ceux qui l'ignoreraient, un des plus grands produits de l'industrie de la synthèse pétrochimique.

L'éthylène, c'est aussi une phytohormone (mais de synthèse), et on aurait pu penser que ce type de synthèse, c'était précisément ce que l'AB voulait exclure absolument. Tout faux...

Ayons donc une pensée pour les bobos ignorants qui achètent au supermarché des bananes bios enveloppées dans un sachet étanche de cellophane afin que l'éthylène ne s'échappe pas...

La liste des fameux intrants chimiques autorisés dans l'agriculture biologique, mais que celle-ci veut limiter au maximum, est définie dans un document accessible sur Internet : c'est le guide des produits de protection des cultures
utilisables en France en Agriculture Biologique.

J'ai extrait de ce guide quelques-unes des propriétés des produits qui me paraissaient intéressantes à décrire ne serait-ce que parce qu'elles sont peu ou pas connues du public, et spécialement des partisans de la disparition complète des pesticides.


Pesticides et produits autorisés en agriculture biologique

 

-1)

 

Composition de l'extrait de Pyrethrum cinerariaefolium (Pyréthrines)
utilisé comme Insecticide en agriculture biologique

 

Nom   Etiquettes de danger Formule chimique Référence
Pyréthrine II 33 %
silhouetghs09 neu
ghs07
 
Pyrethrin2.svg GESTIS
     
Jasmoline I 5 % Jasmolin1.svg
Jasmoline II 4 % Jasmolin2.svg
Cinérine I 10 % Cinerin1.svg
Cinérine II 14 % Cinerin2.svg
    La signification des étiquettes de danger est donnée dans un tableau en bas de la page.

 

Acide chrysanthémique

                

 

Les pyrétrinoïdes mentionnés ci-dessus sont des composés chimiques que l'on trouve dans les fleurs de chrysanthème de Perse et de pyrèthre de Dalmatie, mais que l'on peut aussi obtenir par synthèse. Ce sont des esters résultant de la combinaison (estérification) entre l'acide (+)-trans-chrysanthémique :  et la pyréthrolone :(mais la classe des pyréthrinoïdes rassemble aussi des produits qui ne comportent ni acide chrysanthémique ni pyréthrolone).                                                                                       

Pyréthrolone
Acide chrysanthémique   Pyréthrolone

 

 

 -2)

Composition de l'huile essentielle d'orange douce 
utilisée comme Acaricide et insecticide
en agriculture biologique
 
Nom   Etiquettes de danger Formule chimique Spécialités commerciales
d-Limonène 95 %

ghs07ghs09 neughs02
Limonene ESSEN'CIEL LIMOCIDE
PREV-AM
Myrcène 1 à 2 % ghs02ghs07 Myrcène béta
α-Pinène 1 à 2 %

ghs07ghs09 neusilhouetghs02
alpha pinène
Décanal < 1 % ghs07 800px Decanal structure
Linalol < 1 % ghs07 Linalool
      La signification des étiquettes de danger est donnée dans un tableau en bas de la page.

 

Comme on peut le constater, l'huile essentielle d'orange douce contient un certain nombre de produits qui sont loin d'être anodins, en dépit des termes rassurants utilisés pour la décrire, par ses vendeurs. Le d-limonène est, en outre, soupçonné d'être un perturbateur endocrinien.

 

 

-3)

Composition de l'huile de menthe verte
utilisée comme Inhibiteur de germination en agriculture biologique
Nom du composant   Etiquettes de danger Formule chimique
(R)-Carvone 38 à 42 % ghs07ghs02 R Carvone
d-Limonène 20 à 22 % ghs07ghs09 neughs02 Limonene
cis-Carvéol
2-Methyl-5-(1-methylethenyl)-2-cyclohexen-1-ol
23 à 25 % ghs02ghs07 Carveol
1,8-Cinéol
2-Methyl-5-(1-methylethenyl)-2-cyclohexen-1-ol
Eucalyptol
3 à 5 % ghs02ghs07 Eucalyptol
cis-Dihydrocarvone

(1)
< 5 % ghs02ghs07 Dihydrocarvone
Acétate de carvyle < 5 % ghs02ghs07 Acétate de carvyle
Hydrate de cis-sabinène

(2)
< 2 % ghs02ghs07 Hydrate de sabinène
    La signification des étiquettes de danger est donnée dans un tableau en bas de la page.  

 

 

 

-4)

Huile de paraffine
utilisée comme Acaricide et insecticide en agriculture biologique

 
Etiquettes de danger Spécialités commerciales
ghs07 CITROLE
ANTICOCHENILLES NOVA CATANE INSECTES D'HIVER OVIPRON PLUS
OVIPRON PLUS OVISPRAY



-5)

 
Autres produits chimiques utilisés en agriculture biologique
 
Nom Formule chimique Usage Etiquettes de danger
Phosphate ferrique Phosphate ferrique Molluscicide sans objet
Sulfate de cuivre Sulfate de cuivre Fongicide ghs09 neuacidghs07
Hydroxyde de cuivre Cu(OH)2 Fongicide ghs09 neuacidskull
Oxychlorure de cuivre Cu2Cl(OH)3 Fongicide ghs09 neuskull
Oxyde cuivreux CuO Fongicide ghs09 neughs07
Soufre Soufre Fongicide ghs07
Ethylène Ethylène Agent de déverdissage : bananes, kiwis, kakis et agrumes.
Agent d'induction florale : ananas
Agent d'inhibition de la germination :
pommes de terre et oignons
ghs02ghs04ghs07

 

 
 
-6)
Etiquettes de danger
 
Etiquettes danger


Cette visite rapide des produits chimiques autorisés en agriculture biologique montre que ce mode de culture peut utiliser des produits chimiques, comme l'agriculture conventionnelle, y compris de synthèse, et que ces produits ne sont pas anodins. Les étiquettes de danger (qui doivent obligatoirement être apposées sur les contenants de ces intrants) l'indiquent très clairement pour les non-chimistes, et mieux que pourrait le faire un grand discours. En fait, il est complètement illusoire de consommer des produits "bios" pour éviter les produits chimiques... En outre, sur le plan environnemental, certains de ces produits contenant du cuivre par exemple, sont dits persistants, et s'accumulent dans le sol, ce qui risque de le rendre petit à petit impropre à toute culture. (Notons que le cuivre est un métal lourd 1).
En réalité, il apparaît qu'il est impossible de nos jours d'éviter l'usage de certains produits si l'on veut cultiver de nombreuses plantes et obtenir un rendement permettant de nourrir la population. Les aléas climatiques "normaux" sont tels sous nos latitudes que certains parasites comme le mildiou s'installent obligatoirement pratiquement tous les ans sur les cultures et détruisent les rendements. C'est pour cette raison que les promoteurs primitifs de l'agriculture biologique ont dû faire quelques entorses à leur rêve d'une agriculture complètement naturelle et ont introduit les produits cités ci-dessus.

Il faut bien être conscient du fait que certains de ces produits comme les huiles essentielles, contiennent, parmi leurs constituants, des substances dont la toxicité est avérée. L'attitude consistant à déclarer "c'est végétal, donc c'est bon" est parfaitement stupide : l'amanite phalloïde est aussi végétale. Les poisons les plus puissants proviennent du règne végétal. Par exemple, l'aflatoxine B1, qui est produite par un champignon du genre Aspergillus et qui qui se développe sur les graines ou sur les fruits secs ou les fruits à coque si les conditions sont favorables (chaleur, humidité et surtout absence de biocide) provoque chez l'homme l'apparition en quelques jours d'un cancer du foie, fatal dans la plupart des cas.


 (1) Le cuivre étant un métal lourd, il en résulte : soit que les métaux lourds (dont le cuivre) ne sont pas aussi toxiques que certains le clament, soit que les producteurs "bio" sont des empoisonneurs.