Les habits neufs de lEmpereur

En 1988, après un été écrasant de chaleur au USA, un dénommé James Hansen, jeune directeur du GISS (Goddard Institute for Space Studies) 

graphique  Hansen originalprésentait, au cours d'une audition auprès du Sénat américain, les résultats d'une étude qu'il venait de publier.

Dans cette étude, James Hansen faisait état des prévisions d'évolution des températures mondiales issues d'un modèle climatique d'une résolution de 8 x 10 ° (soit un rectangle de de 888 x 1 111 km) pour 3 scénarios d'émissions de gaz à effet de serre nommés A, B et C) :

Scénario A : maintien de l'évolution du taux de croissance des émissions des GES sans modification, ce qui conduit à un accroissement constant de 1,5 % par an de ce taux, et donc à une croissance exponentielle des émissions et donc des forçages correspondants.

Scenario B : Stabilisation du taux de croissance des émissions de GES tel que la croissance des émissions soient maintenu constante au niveau de 1984. Les émissions croissent donc linéairement ainsi que les forçages.

Scénario C : diminution drastique du taux de croissance des émissions de GES de 1990 jusqu'en 2000 de façon à ce que celles-ci cessent de croitre à partir de l'an 2000.

Pour être honnête, il faut signaler que ce modèle présentait des limitations par rapport aux modèles actuels, notament en ce qui concerne les transports de chaleur vers et depuis l'océan.
Les prévisions de températures issues de ce modèle étaient séduisantes car les valeurs annuelles n'étaient plus, comme dans les prévisions antérieures analogues  (portant sur d'autres valeurs), alignées selon une courbe régulière, mais dispersées dans le plan, ce qui leur donnait un réalisme très moderne de bon aloi.
Temperatures Hypotheses et Reel Trente et un ans sont passés depuis la publication de cette étude.

Il est donc intéressant d'analyser son contenu à la lumière de ce qu'il s'est réellement passé.

Le graphique principal de l'étude qui figure ci-dessus est d'assez mauvaise qualité comme vous pouvez le constater. Mais la science informatique fait des miracles. Voici le graphique réécrit au moyen d'un logiciel dont votre serviteur est fier...

Examinons la courbe en orange (points rouges) qui est celle des températures réelles (land + océan) relevées par la NOAA : celle-ci est très semblable en tendance à la courbe verte (scénario C) ou avec la courbe rouge (du moins jusqu'en 2002, après, elles divergent assez nettement).

Bravo, allez-vous dire, Hansen a prévu assez exactement ce qu'il allait se passer. Quel homme ! (C'est d'ailleurs à peu près ce qu'a écrit Gavin Schmidt dans RealClimate, sauf qu'il a écrit ça en 2007 avec les chiffres de 2006, et qu'après, ça ne s'arrange pas...).

Oui.

Seulement, ce scénario n'a rien à voir avec les hypothèses de Hansen. En effet, si on porte sur un graphique les valeurs réelles d'émissions de CO2 mondiales telles que nous les donne l'EIA, et que l'on trace aussi les valeurs d'émissions correspondant aux trois scénarios de Hansen, on obtient un graphique qui ne montre pas du tout la même chose :

Rappelons les scénarios de Hansen : 

  • Scénario A (courbe bleue, carreaux) : croissance uniforme des émissions, de 1,5 % par an (croissance exponentielle).
  • Scénario B (courbe rouge, carrés) : croissance linéaire des émissions.
  • Scénario C (courbe orange/jaune, triangles) : valeurs réelles jusqu'en 1990, puis diminution du tauxCO2 Hypotheses et Reel de croissance des émissions jusqu'à stabilisation (croissance nulle) en l'an 2000.

L'année de départ (où toutes les valeurs sont identiques) est l'année 1984.

On voit que les valeurs réelles des émissions sont aujourd'hui nettement supérieures au scénario le plus pessimiste imaginé par Hansen. La courbe des températures devrait donc se situer au-dessus de la courbe correspondant au scénario A du graphique 1.

Tout le monde peut aisément remarquer qu'il n'en est rien.

M. Hansen a fait des hypothèses d'émissions de CO2 qui se sont avérées toutes les trois nettement inférieures aux émissions réellement constatées. Il en résulte que les températures constatées auraient dû logiquement se situer nettement au-dessus des températures prévues, en application basique de la loi du CO2. En réalité, on constate, en observant les températures réelles, que celles-ci ont évolué comme si on avait suivi le scénario C, soit "plus de croissance des émissions à partir de l'an 2000" ! 

Si on suivait à la lettre l'enseignement de ces comparaisons, la consigne devrait-être : "Contrairement à ce que nous disait la théorie de l'effet de serre, une augmentation plus qu'exponentielle des émissions de CO2 ne semblent pas sensiblement agir sur les températures. Il semble donc inutile de se préoccuper de celles-ci". Je vois d'ici la tête de nos réchauffistes... 

Commentaires   

# Crédule 10-10-2016 10:36
Votre analyse est tout à fait différente de celle des médias qui ont unanimement admiré la précision des prévisions de M. Hansen. Qui croire ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
# Pierre-Ernest 10-10-2016 12:55
Citation en provenance du commentaire précédent de Crédule :
Votre analyse est tout à fait différente de celle des médias qui ont unanimement admiré la précision des prévisions de M. Hansen. Qui croire ?

En réalité, ce que tout le monde a observé, c'est que la courbe des températures réelles se rapprochait beaucoup de celle de l'hypothèse C de Hansen. C'est tout.
Mais il est nécessaire de regarder ce qu'il y a derrière le scénario C, ce que personne n'a fait... En effet, si quelqu'un l'avait fait, il aurait remarqué que le scénario C consistait à ralentir la croissance des émissions de CO2 à partir de 1990, jusqu'à une croissance nulle. En réalité, les émissions de CO2 n'ont pas cessé de croitre jusqu'à aujourd'hui à un rythme supérieur même au rythme prévu dans le scénario A ! C'est donc une courbe hypothétique située au-dessus de la courbe du scénario A qu'il faudrait comparer à la courbe réelle, et là, on s'aperçoit que les deux courbes sont complètement divergentes. Ne croyez pas toujours les médias...
Répondre | Répondre en citant | Citer
# Géd 01-12-2017 23:38
" la courbe des températures réelles se rapprochait beaucoup de celle de l'hypothèse C de Hansen"

En 2017 elle a rattrapé le scénario B Business as usual (où avez-vous vu que les émissions auraient dépassé le scénario A ? Avec la crise économique les émissions ont même eu tendance à stagner depuis 2008 il me semble)

sogeco31.blogspot.fr/.../...
Répondre | Répondre en citant | Citer